Savoir lire l’étiquette d’un aliment pour votre chien ou votre chat

Savoir lire l’étiquette d’un aliment pour votre chien ou votre chat

Face à l’offre multiple de croquettes disponible en magasins ou en ligne, choisir les meilleures croquettes pour son chien ou son chat peut très vite s’avérer un véritable casse-tête.

faire un premier tri par le prix

Le prix des croquettes est le premier indicateur à prendre en compte pour bien choisir ses croquettes. Un prix inférieur à 2€ par kilo signe à coup sûr une mauvaise qualité des matières premières employées dans la fabrication des croquettes : farines animales, céréales en trop grande quantité… Ces matières premières de piètre qualité apportent des protéines peu digestibles et des quantités d’amidon.

Une erreur alimentaire quantitative est rapidement visible par une augmentation ou une diminution du poids. En revanche, une erreur alimentaire qualitative avec une carence en certains des 40 nutriments essentiels a des conséquences au long cours et risque de diminuer l’espérance de vie de votre compagnon.

Pour faire le bon choix d’aliment pour votre animal, il faudra donc dans un deuxième temps vous intéresser à l’étiquetage du produit où sont reportées de précieuses informations.

Sur les paquets de croquettes, il y a donc deux éléments à regarder de près : la liste des ingrédients et la composition analytique.

Ne vous fiez pas à la présentation du paquet mais plutôt à la liste des ingrédients :

Bien lire la liste des ingrédients

Dans la liste des ingrédients qui figurent sur l’étiquette d’un paquet de croquettes, les ingrédients mis en œuvre avant cuisson dans le produit sont listés par ordre d’importance. Les premiers ingrédients cités sont donc généralement présents en plus grande quantité. C’est notamment le cas des céréales dans les croquettes premiers prix à fuir !

Attention !

La règle du premier ingrédient présent en plus grande quantité n’est pas toujours vraie. Certains intitulés peuvent être « éclatés » en différentes sous-rubriques. C’est le cas par exemple de l’intitulé « céréales » qui peut être « éclaté » en sous-rubriques telles que « maïs », « blé », « riz »… afin qu’elles n’apparaissent pas en tête de liste. Il faut donc être vigilant et ne pas se limiter à la lecture des ingrédients qui apparaissent en premier dans la liste mais bien lire l’ensemble.

Si de la viande fraîche apparaît dans les premiers ingrédients, sachez que cette matière première est riche en eau et qu’il est possible,qu’après cuisson, elle ne soit plus présente en très grande quantité dans le produit fini. Pour avoir une idée de sa quantité finale présente dans le produit fini, il faut diviser la quantité indiquée avant cuisson par 4.

Repérez dans la liste des ingrédients les sources de protéines animales apportées par les viandes, les poissons, les abats … : elles sont plus intéressantes nutritionnellement que les protéines végétales apportées par des céréales (qui apportent en plus des glucides dans la ration) ou des farines de soja.

 

En règle générale, plus la dénomination des ingrédients est détaillée et plus vous aurez de chances d’avoir affaire à une croquette « haut-de-gamme », fabriquée avec des matières premières de qualité. Les fabricants qui ont recours à des dénominations vagues et catégorielles (comme « viandes » ou « sous-produits » par exemple) peuvent légalement substituer une matière première à une autre en fonction du cours des matières premières afin de réduire les prix de fabrication. En revanche, les fabricants qui choisissent d’être plus précis dans leur étiquetage en mentionnant l’espèce des viandes mises en œuvre dans leurs produits (exemple : « poulet », « bœuf »…) s’engagent à bien utiliser ce type de matière première. Orientez-vous donc vers les croquettes pour lesquelles les listes des ingrédients sont les plus détaillées et précises possibles.

 

> Pour une même analyse moyenne, les matières premières peuvent être totalement différentes d’un sachet à l’autre et donc de qualité différente

Pour avoir une idée de la composition exacte de l’aliment, il faut s’intéresser à toutes ces informations.

Ex : Un taux de protéines seul ne veut rien dire si l’on ne sait pas quelle est la protéine incorporée.

De quoi mon chien ou mon chat a besoin pour être en bonne santé ?

Les protéines

Une protéine est une chaîne d’acides aminés, à la façon d’un collier de perle. Il existe une vingtaine d’acides aminés différents dont 10 sont indispensables et doivent être présents dans l’alimentation tous les jours (Arginine, Lysine, Cystéine, Méthionine, Histidine, Leucine, Isoleucine, Valine, Phénylalanine, Tyrosine, Tryptophane).

> C’est la quantité de ces acides aminés qui apporte la qualité de la protéine et sa valeur biologique.

Après l’eau, les protéines sont le constituant majeur du corps (20% de l’organisme). Elles ont un rôle à la fois structurel (os, muscle, peau, tendons, ligaments, collagène…) et fonctionnel (enzymes, hormones, anticorps…) et permettent d’assurer de nombreuses fonctions vitales.

Besoins (activité normale, animal non stérilisé)

  • Chien adulte : 2 à 6 g de protéines/kg de poids/jour
  • Chat adulte : 4 g protéines/kg de poids/jour

 > Attention : protéines ne veut pas dire viande !

  • La viande ne contient pas que des protéines (seulement 15 à 20 %).

  • Les protéines ne sont pas forcément de la viande (la gélatine contient 98% de protéines mais elle n’apporte pas du tout les acides aminés indispensables ; elle est pourtant largement incorporée aux terrines et gonfle artificiellement le taux de protéines de l’aliment).

Pour fabriquer et renouveler les protéines de l’organisme, le chien et le chat doivent avoir un apport suffisant en acides aminés indispensables : les protéines de muscle (viande, steak, cœur, filet de poisson) ont une composition en acides aminés proche de leur besoin, ce sont des protéines complètes, de haute valeur biologique.

La valeur biologique des protéines végétales (soja, pois, lentilles) est la moitié de la valeur biologique des protéines animales, ce sont des protéines incomplètes : même si on augmente leur quantité, il manquera toujours certains acides aminés indispensables.

> Par rapport au chien, le chat a besoin en plus d’un acide aminé particulier : la taurine (contenue en grande quantité dans la viande, le poisson  ou les crustacés) mais elle est détruite par la cuisson : ne chauffez pas trop les rations ménagères et les aliments industriels doivent être complémentés (du fait des procédés de fabrication).

  • Un aliment pour chien n’est pas complémenté, il est insuffisant pour un chat.
  • Besoins pour le chat : 20mg/jour.

A retenir : les protéines doivent être présentes en quantité mais surtout en qualité.

Les glucides

Dans les glucides, il y a :

  • Des sucres simples (lactose, sucre du lait, saccharose, sucre de table) : ils sont digérés et transformés en glucose, source d’énergie directement utilisable par l’organisme.
  • De l’amidon (céréales, pommes de terre) : ils sont également digérés s’ils sont suffisamment cuits et utilisables comme source d’énergie.
  • De la cellulose (paroi des végétaux) : c’est la fibre insoluble (non digestible) qui se retrouve telle quelle dans les selles et qui améliore le transit.

Les glucides digestibles ne sont pas nécessaires mais constituent une source d’énergie rapide. Les glucides non digestibles ne sont pas indispensables mais ils améliorent le confort digestif .

Recommandations (activité normale, animal non stérilisé)

  • Cellulose brute : de 1 à 15% de cellulose brute par rapport à la matière sèche. (Plus il y aura de cellulose, plus il y aura de selles!)
  • 10 à 25 g de légumes/kg corporel
  • Chien : 10 à 25 g de riz ou pâtes cuites/kg corporel
  • Chat : 5 à 10 g de riz ou pâtes cuites/kg corporel

Les matières grasses

Les lipides ou matières grasses sont indispensables à plusieurs titres dans l’alimentation des chiens et des chats.

  • Apport d’énergie : besoin du chien adulte : 10% lipides/kg de matière sèche.
  • Apport d’odeur (d’appétence) et de vitamines A, D, E et K.
  • Apport d’acides gras essentiels : rapport oméga6/oméga3 =5 à 10 (les plus intéressantes sont l’huile de colza et l’huile de soja). Leur carence entraîne : poil terne, peau en mauvais état, troubles de la cicatrisation et /ou de la coagulation, troubles de la reproduction et portées peu viables.

Besoins (activité normale, animal non stérilisé)

  • 5 ml d’huile de colza / 5 à 10 kg de poids corporel.
  • 1 gélule de 500mg d’huile de poisson enrichie en oméga 3 / 5 kg de poids corporel.

L’eau

L’eau est le premier aliment du corps (60% d’eau dans le corps).
Un chat ou un chien doit consommer environ 50 à 75 ml d’eau/kg de poids corporel par jour.

S’ils mangent un aliment sec, ils doivent boire cette quantité, s’ils mangent un aliment humide (alimentation maison par exemple), ils boivent moins car leurs aliments contiennent déjà une grande proportion d’eau.

Le chiot et le chaton boivent 2 à 3 fois plus que  l’adulte, et ce jusqu’au 2/3 de leur croissance.

Les femelles gestantes et allaitantes boivent également davantage, 2 voire 3 fois plus que d’habitude.

L’ajout de sel dans l’alimentation, en faible quantité, permet d’augmenter la prise de boisson.

Les minéraux

Les minéraux se retrouvent dans la ligne des « cendres brutes » de l’analyse moyenne (de 5 à 7%).

Le calcium est un nutriment essentiel qui doit être présent à hauteur de 100 à 200 mg par kg de poids corporel par jour dans l’aliment du chat et du chien. Il est présent essentiellement dans les produits laitiers et les os.

Le phosphore est également un nutriment essentiel, présent de façon naturelle dans la viande et les céréales. L’équilibre d’apport du phosphore est annoncé par un rapport calcium/phosphore de 1 à 2.

Le magnésium est un nutriment important, il aide la formation des os et protège contre les infections.

> Une ration ménagère apporte toujours suffisamment de phosphore mais jamais assez de calcium : il faut quotidiennement complémenter.

La qualité des minéraux et des vitamines contenues dans les matières premières est meilleure que les minéraux et les vitamines de synthèse.

Les autres composants

Les vitamines sont essentielles au fonctionnement de l’organisme : vitamine A, D, K, E, B12. Elles se dégradent avec le temps et selon les conditions de conservation.

Les oligoéléments sont des substances présentes en très faible quantité mais dont le rôle est essentiel à la bonne santé de l’animal. L’aliment doit contenir du fer, du zinc, de l’iode, du sélénium, du cuivre, du chrome, du cobalt et du fluor.

Ces éléments constituent également la qualité de l’aliment et en justifient le prix.

Quel aliment choisir ?

Les croquettes idéales contiennent donc :

  • Des protéines de muscle en forte quantité (environ 26-30%). Le premier ingrédient de la composition est une viande de bœuf, de poulet, de canard ou un poisson.
  • Une complémentation en taurine pour le chat.
  • De l’humidité (8%).
  • Peu de fibres (2-3%), peu de sucre.
  • Des lipides avec des acides gras essentiels (16-18%).
  • Un rapport calcium/phosphore de 1 à 2 (calcium 1,3%, phosphore 2%).
  • Des vitamines.
  • Des oligoéléments.

Un aliment « au goût de… » contient moins de 4% de cet ingrédient !

Un aliment « au…. » contient de 4 à 14% de cet ingrédient !

Un aliment « riche en … » contient de 14 à 26% de cet ingrédient !

Alors maintenant, prenez vos sacs de croquettes et lisez les petites lignes pour pouvoir comparer !

Les informations données ici concernent les aliments pour animaux en bonne santé. Il existe des aliments diététiques, qui s’inscrivent dans le traitement de certaines maladies comme l’insuffisance rénale chronique, les allergies alimentaires, …

Tester sur votre animal…

Et oui, il faut aussi toujours garder à l’esprit que des croquettes « bonnes sur le papier » ne vous garantissent pas qu’elles seront suffisantes pour couvrir les besoins spécifiques de votre animal. En effet, chaque chien est différent et il est possible qu’il ait des besoins supérieurs aux recommandations standard qui sont énoncées ci-dessus.

Il est donc indispensable de valider votre choix en « testant » les croquettes sélectionnées sur votre animal afin de voir si elles lui conviennent. Pour ce faire, observez :

  • l’aspect général de votre chien : son pelage doit être fourni et brillant, sa peau doit être saine et sans pellicules et sa musculature doit être bien développée. Cet aspect ne sera malheureusement observable qu’après quelques mois d’alimentation avec les croquettes en question…
  • ses excréments. Un chien qui digère bien son aliment doit faire des petites crottes bien moulées. Dans le cas inverse, si votre chien fait des selles volumineuses, fréquentes et/ou particulièrement malodorantes, il y a de fortes chances que ses croquettes ne lui conviennent pas.

A titre personnel, j’ai choisi pour mon chien Scotty des croquettes sans céréales, dont je suis très contente, c’est la marque Ultra prémium

Sources :   toutou pour le chien, clinique vétérinaire à Draveil

photos : Pixabay

Les NAC, la liste autorisée

Les NAC, la liste autorisée

Les NAC, qu’est-ce que c’est ?

Vous avez envie de câliner un animal, d’en avoir un chez vous et de l’élever comme si c’était votre propre enfant mais vous n’avez pas envie d’un chien parce qu’il faut le sortir plusieurs fois par jour ou d’un chat parce qu’il ne vient vous voir que quand il en a envie ? Avez-vous pensé aux NAC ?

Les NAC : Nouveaux Animaux de Compagnie

Les NAC, c’est l’acronyme de “nouveaux animaux de compagnie”. Ce sont des animaux de compagnie appartenant à des espèces autres que les espèces communes aux ménages français tels que le chien et le chat.
Il faut faire cependant attention, il n’est pas permis d’avoir toutes les espèces d’animaux chez soi et même si certaines sont autorisées, il faut obtenir au préalable le certificat de capacité.

  

Liste des NAC

Voici la liste des NAC qui peut vous aider à faire votre choix dans la sélection de votre futur animal favori :

  • les rongeurs : certaines races de lapin, souris, cochon d’Inde, rat, hamster, chinchilla, octodon, écureuil de Corée, gerbille, chien de prairie…
  • les carnivores : certains putois, furets…
  • les primates : saïmiris et pinceaux blancs. Attention, vous vous engagez sur 20 ans et si ce petit singe semble mignon, il peut mordre comme tout animal.
  • des reptiles de toutes sortes. Faites attention aux serpents venimeux. Il y a des risques de morsures et les hôpitaux français ne sont pas équipés d’anti-venin les concernant ! L’acquisition d’un tel animal est donc à vos risques et périls. Et concernant les pythons qui ne mordent pas et qui ne s’attaquent pas à l’homme, faites attention si vous avez des enfants. Un fait divers récent et catastrophique s’est déroulé récemment au Canada. Le python du foyer a étouffé 2 enfants puisqu’il les a probablement confondus avec une chèvre. Les enfants aimaient ces animaux et en portaient l’odeur.
  • certaines espèces de tortues non protégées
  • lézards : iguanes, geckos, caméléons…
  • des arthropodes : scorpions, araignées, myriapodes…
  • des insectes : phasmes…
  • des crustacés : Bernard l’ermite, Crevette naine…
  • des amphibiens : grenouilles rieuses, dendrobates, axolotls…
  • des oiseaux : perruches, perroquets, diamant, canaris, mainates, toucans…
  • les gallinacées : poules, dindons, paons, oies, canards
  • des poissons : poisson rouge, carpe koï, poissons exotiques (combattant, guppy, scalaire, discus, corydoras, killie, etc.), loche, voire des esturgeons ou piranhas…
  • des mollusques : escargots de Bourgogne, ampullaire, etc.

herisson

Attention, il est bon de savoir que le hérisson est une espèce protégée !

Si l’animal que vous souhaitez acquérir est soumis à autorisation, voici les quelques démarches à effectuer :

  • Vous devez faire une demande d’autorisation de détention au préfet de département du lieu de détention de l’animal, par lettre recommandée avec avis de réception (sur la base du formulaire cerfa n°12447*01 à trouver sur le site du service public).
  • Sans refus motivé notifié dans les 2 mois qui suivent la date de récépissé du courrier, l’autorisation est accordée.

Attention : en cas de déménagement, une nouvelle demande d’autorisation est nécessaire.

La détention d’un animal sans autorisation (lorsqu’elle est nécessaire) est punie de un an de prison et 15 000 € d’amende !

Retrouvez plus de détails législatifs sur la page dédiée du gouvernement, tous les textes de lois concernant les animaux sauvages en captivité y sont répertoriés.

 

Comment choisir son NAC ?

Un NAC est un animal et son adoption vous engage. Vous devez lui fournir les soins nécessaires à son confort de vie au quotidien. Ne choisissez donc pas à l’aveuglette un NAC sous prétexte qu’il vous fascine ou qu’il pourra épater vos visiteurs. Renseignez-vous bien sur les soins indispensables pour l’espèce, sur les maladies possibles, sur les frais quotidiens pour son alimentation et son confort, etc.

Si vous adoptez un NAC, assurez-vous de l’acheter dans une animalerie connue et réputée. Son personnel pourra vous communiquer des informations essentielles sur l’élevage de cet animal, sur ses besoins, ses avantages et inconvénients, etc. En outre, ce type de vente vous garantit d’acquérir un animal en toute légalité, dont la provenance est connue, dont l’espèce n’est pas protégée ou interdite à la vente et en bonne santé.

Quoi qu’il en soit, vous devrez très rapidement vous rendre chez le vétérinaire (un praticien spécialisé et formé dans le soin des NAC) afin qu’il évalue l’état de santé de l’animal, lui prodigue les soins nécessaires et les traitements préventifs éventuels, mais aussi qu’il vous informe des risques pour votre propre santé, car certaines espèces sont dangereuses pour l’homme et peuvent lui transmettre des maladies ou encore l’attaquer.

Quelques livres utiles : « NAC, les nouveaux animaux de compagnie » , « Les indispensables chez les NAC » , « comprendre le comportement des NAC: Oiseaux, reptiles et petits mammifères« 

 

sources : jardinage.lemonde.fr, animaland

Photos : Pixabay

 Plus d’infos : wikipedia

 

Pourquoi un arbre à chat…

Pourquoi un arbre à chat…

MDe l’avis de certains, les chats ne peuvent pas s’épanouir et être heureux dans un appartement. De nombreux propriétaires affirment pourtant le contraire. Il est donc important d’aménager votre habitation pour votre chat. Il est vrai que l’arbre à chat est plus utile au chat d’intérieur que d’extérieur.

L’importance de son lieu de vie

Un appartement est un lieu d’habitation conçu par l’homme, pour l’homme, et qui répond donc uniquement aux besoins de celui-ci. En l’état, il n’est donc par définition pas adapté à nos matous. Pour que votre chat puisse s’y épanouir, il est nécessaire de l’aménager un minimum, afin de prendre en compte ses besoins éthologiques.

Petit rappel des besoins de votre chat pour l’aménagement de son territoire

Afin qu’il soit heureux dans ses coussinets, notre chat domestique a besoin de beaucoup dormir, mais aussi de se dépenser.

 

 

 

 

L’arbre à chat est un endroit rien qu’à lui

Comme chacun d’entre nous, votre animal à besoin d’avoir un endroit rien qu’à lui où il peut se ressourcer ! Un domaine réservé où il peut évoluer… Pour résumer, un lieu où il développera toutes les facettes de sa personnalité de chat et surtout laissera libre court à ses instinct de félin !

La chasse, le jeu et le contrôle de son espace vital sont pour lui des besoins fondamentaux, car il est génétiquement programmé pour ceux-ci. Ainsi, pour aider notre petit félin d’appartement qui n’a pas la possibilité de sortir, il faudra particulièrement veiller à l’enrichissement de son environnement. Il est aussi nécessaire de l’inciter à se dépenser pour éviter qu’il ne s’ennuie, et pour l’aider à canaliser son anxiété. Il en va de son équilibre psychologique. Le chat a aussi naturellement besoin de faire ses griffes pour marquer son territoire. Il faudra lui permettre de satisfaire ce besoin, tout en respectant l’intégrité de vos effets personnels.

L’indispensable arbre à chat

L’arbre à chat, avec ses poteaux recouverts de sisal pour les griffades, sa hauteur qui permet d’observer et de vivre en 3D, ses différents niveaux qui encouragent à sauter et à bouger, fera le bonheur absolu de votre petit félin. Son utilité et ses fonctions multiples sont indiscutables : l’arbre à chat répond à lui seul à une grande partie des besoins naturels de nos chers minous. Comme vous le savez, le chat a besoin de grimper et de se percher en hauteur. Ceci est dû au fait qu’il n’appréhende pas son territoire seulement par la surface au sol comme nous le faisons. Il vit en 3D, ce qui explique pourquoi il est difficile de le dissuader de monter sur les plans de travail, ou en haut des armoires. Si vous ne voulez pas de lui sur vos meubles, il vous faudra mettre à sa disposition un arbre à chat. Vous l’aurez compris, lui fournir un arbre à chat sur lequel il pourra faire ses griffes, grimper en toute impunité et jouer le comblera pleinement… et préservera vos meubles et rideaux !

L’emplacement de l’arbre à chat

L’emplacement de l’arbre à chat est très important. L’idéal est de le placer près d’une fenêtre, car nos chats d’intérieur adorent regarder ce qu’il se passe à l’extérieur : cette activité seule peut les occuper une bonne partie de la journée. Il est aussi préférable de placer l’arbre à chat à un endroit où votre petite boule de poil pourra observer ce qu’il se passe dans l’appartement : il est important qu’il puisse surveiller son territoire et ses maîtres en permanence. C’est l’une des raisons pour lesquelles il aime se percher en hauteur.

Agrandir son territoire

Outre les arbres à chat, vous pouvez agrandir son territoire en utilisant la verticalité. Concrètement, vous pouvez monter des étagères en hauteur avec un petit coussin confortable, placer des hamacs sur les radiateurs ou au mur, laisser libre une étagère de votre bibliothèque, etc. De nombreux aménagements sont envisageables, que ce soit en bricolant un peu ou en achetant des équipements spécialisés. Ainsi, même dans une petite surface, vous avez la possibilité d’accroître le précieux territoire de vos petits colocataires.

 Fabriquez votre arbre à chat …

c’est possible voici un blog Take Me Home (vivez en harmonie avec votre animal de compagnie) avec quelques idées.

 

 

 

Sources : Benoît Séry Comportementaliste Félin, univers du chat

Photos : pixabay

Nom en « S » pour votre Chiot en 2021

Nom en « S » pour votre Chiot en 2021

Noms en « S » pour chiens ou chats…
Si quelques doutes subsistent encore pour donner un nom à votre nouvel « ami », voici une sélection de prénoms commençant par la lettre S.

Tout d’abord pourquoi la lettre S pour l’année 2021 :

un peu d’histoire …

Cette règle date de 1926. À l’époque, les prénoms des chiens de race étaient libres et il était devenu très difficile de s’y retrouver dans le Livre des Origines Françaises (LOF), qui date lui de 1885. Ce registre permet de retracer l’arbre généalogique des chiens de race.

En 1926, la Société Centrale Canine instaure une règle simple pour faciliter la consultation du LOF : une année de naissance = une lettre. Pour les chiots avec pedigree qui seront nés en 2021, cette lettre est le S. Si votre chiot n’est pas inscrit au LOF, vous n’êtes pas tenu à lui donner un prénom commençant pas S.

En 1973, la Société centrale canine supprime les lettres jugées difficiles car trop restrictives dans le choix des noms (en 1952, un chien sur 4 se prénomme Zorro !). Les lettres K, Q, W, X, Y et Z, sont ainsi abandonnées, réduisant à vingt l’alphabet des noms canins.

Un nom en S qui sonne bien pour mon chiot ou mon chaton

Choisir un nom pour son animal, c’est important, un nom c’est pour la vie !

En effet, une fois que vous lui aurez appris à reconnaître son prénom, il ne sera plus question d’en changer.

Ce nom est essentiel à la base de son éducation et une fois qu’il aura compris que vous l’appelez par son prénom, il pourra obéir à vos ordres, et modifier son comportement à chaque fois que vous l’interpellerez.

L’animal n’entend clairement que deux syllabes. Évitez par conséquent les noms « à rallonge » qu’il aura à la fois du mal à entendre et à comprendre. Si vous aimez vraiment un nom trop long, rien de vous empêche de l’inscrire sur les papiers de l’animal, et d’utiliser un diminutif qu’il comprendra parfaitement.

Choisissez également un nom adapté à l’animal, nom doux ou nom qui claque, en fonction de la taille, du sexe, du caractère…

Eviter les noms de chiens à connotation négative, vous pouvez aussi attendre quelques jours (mais pas trop) pour cerner la personnalité de votre chiot ou de votre chaton et lui donner un prénom qui lui ressemble

si vous avez plusieurs animaux il faudra choisir des noms très différents 

voici la liste :

 

Sources :  Vetostore, clinique vétérinaire du pont de Seine à Draveil, canibest.

photos : Pixabay, clinique vétérinaire du pont de Seine.

Adopter plutôt qu’acheter un animal

Adopter plutôt qu’acheter un animal

Adopter un animal de compagnie est une décision importante, qui ne doit pas se prendre sur un coup de tête, aussi mignon et touchant qu’il peut être. Si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure, il faut bien réfléchir et vous posez les bonnes questions.

C’est un acte qui vous engage sur une période plus ou moins longue selon l’animal que vous envisagez d’adopter. Un chat ou un chien vivent environ 15 ans, êtes-vous sûrs de pouvoir encore vous en occupez dans quelques années ?

Pourquoi adopter plûtot qu’acheter?

Vous avez pris le temps de réfléchir et vous êtes sûr d’être prêt à avoir un animal de compagnie.

La simplicité serait d’aller dans une animalerie (c’est un magasin, il est possible de repartir avec ce pour quoi vous avez payé),  mais il y a tellement d’animaux abandonnés qui recherchent une nouvelle famille qu’il serait beaucoup plus logique et généreux d’adopter.

Vous ferez une bonne action en sauvant un animal. Vous libérer aussi une place pour un autre animal à secourir.

Vous trouverez un grand nombre d’association sur internet pour adopter, chiens, chats, Nac, reptiles, etc.

Voir la page adoption, vous pourrez également trouver sur le site seconde chance .

L’ADOPTION, UN ACTE RESPONSABLE !

Dans nos 62 refuges et Maisons SPA, de nombreux chienschats et NAC attendent une famille.

Voici quelques questions importantes à se poser avant d’adopter :

Quel temps vais-je pouvoir lui accorder ?
La première question à se poser est bien évidemment le temps qu’on aura à lui accorder. Un animal demande que l’on soit disponible pour lui, pour s’en occuper, le laver, lui préparer et lui donner à manger, le sortir mais aussi pour jouer avec lui.

N’oubliez pas, par exemple, qu’un chien doit être sorti au moins 3 à 4 fois par jour, et pas seulement pour 5 min, il doit aussi être brossé, lavé, tout comme un chat.

Un bébé aura besoin de votre présence, impossible de le laisser seul toute la journée. Un animal adulte a également besoin d’affection chaque jour, même un chat qui est pourtant plus indépendant qu’un chien.

Vous êtes-vous demandé si votre travail était compatible avec un futur animal ? Si vous partez souvent en déplacements ou que vous n’êtes pas beaucoup présent chez vous, un animal ne sera sûrement pas le bienvenu.

Mon logement me permet-il d’accueillir un animal ?
Vous vous demandez aussi certainement si vous avez la place nécessaire pour adopter un animal. S’il s’agit d’un rongeur ou d’un furet, bien évidemment la place d’une cage suffit. Pour les autres animaux la question est à considérer autrement. Sachez déjà qu’un animal peut s’habituer à de nombreuses situations, et également celle de passer d’un grand terrain à un appartement.

On peut parfois penser qu’avoir un chien en appartement n’est pas raisonnable et qu’il lui faut un grand jardin, ces idées méritent d’être nuancées. Tous les chiens ont besoin de promenades quotidiennes, et ce, même s’ils disposent déjà d’un très grand jardin. Un chien a besoin de voir des lieux différents, de sentir des odeurs qu’il ne connaît pas, il a également besoin de rencontrer des congénères, ce qui n’est pas possible dans un jardin privatif.

Il est donc extrêmement important de sortir un chien plusieurs fois par jour et de varier les lieux de promenade. Les personnes qui vivent en appartement sont obligées de sortir leur chien plusieurs fois par jours pour qu’il fasse ses besoins. Un chien peut donc parfois être plus heureux dans un appartement si il est sorti autant qu’il le demande, que s’il dispose d’un énorme jardin mais n’a que cet endroit à parcourir…

Il n’en reste pas moins qu’il faut adapter la superficie du logement à la taille de l’animal. Adopter un Saint Bernard dans un studio n’est pas raisonnable, non pas car il a besoin d’exercice, mais parce qu’il tien lui-même de la place, qu’il n’appréciera pas forcément la chaleur et le confinement.

Dans le cas d’un chat, doté d’une extraordinaire capacité d’adaptation, il s’accommodera très bien d’un espace de vie restreint. Mais c’est lui qui définit son territoire selon l’organisation de votre intérieur, en se choisissant les endroits les plus douillets comme le canapé, un fauteuil placé à côté d’un radiateur ou encore le bureau, qui bénéficie d’une si bonne exposition l’après-midi pour faire la sieste ! Il passera aussi très certainement une bonne partie de ses journées, perché sur l’une de vos étagères, de préférence la plus haute possible, les félins aimant d’une manière générale dominer la situation.

Si vous désirez avoir un chat en appartement, pensez à laisser, pendant votre absence, une gamelle de nourriture en plus d’une gamelle d’eau. Il pourra ainsi grignoter à son envie tout en trompant son ennui. Placez celle-ci de préférence dans un endroit calme.

Combien coûte l’entretien d’un animal ?
Tout d’abord vous devez penser au coût initial de l’adoption d’un animal. Les refuges vous demanderont une participation financière de 50 à 250 € en fonction de l’animal. Par contre il sera déjà vacciné, stérilisé et tatoué.

L’entretien d’un animal nécessite également un budget qu’il faut prévoir :

  • Pour la nourriture cela dépendra de son âge, de sa taille et de son état de santé.
  • Certains soins vétérinaires sont à effectuer chaque année : visite de routine, vaccination, vermifuge, traitement antipuces / anti-tiques.
  • Certains chiens ont besoin d’être toiletté tous les 3 mois.
  • etc.

Votre animal tombera peut-être malade, les visites chez le vétérinaire peuvent être nombreuses, surtout lorsque votre animal vieillit, et les frais engendrés sont non négligeables. A titre indicatif, voici quelques dépenses à prendre en compte :

Pour un chien

  • Alimentation: de 20 à 100 € par mois
  • Consultation simple chez le vétérinaire: 30 €
  • Castration mâle: 120 €
  • Stérilisation femelle: 220 €
  • Tatouage ou Puce électronique: environ 55 €
  • Vaccination annuelle: de 39 à 48 €
  • Consultation comportementale: 90 €

Pour un chat

  • Alimentation: de 10 à 30 € par mois
  • Consultation simple chez le vétérinaire: 30 €
  • Castration mâle: 55 €
  • Stérilisation femelle: 100 €
  • Tatouage ou Puce électronique: environ 55€
  • Vaccination annuelle: 38 à 59 €
  • Consultation comportementale: 90 €

Les vacances

Bien sur il ne faut pas oublier que vous partirez certainement en vacances, que ferez-vous alors de votre animal ? Posez-vous très sérieusement cette question car c’est malheureusement au moment des vacances qu’il y a le plus grand nombre d’abandons…

Il ne faut pas se dire « pas de problème on l’emmènera » et se rendre compte sur place que l’hôtel n’accepte pas les chiens. Renseignez-vous bien au préalable si vous souhaitez l’emmener mais ne perdez pas de vue qu’un animal n’est souvent pas le bienvenu dans les lieux publics, tous les hôtels n’acceptent pas les animaux, et même à la plage les panneaux interdits aux chiens sont nombreux…

Heureusement des solutions existent, vous n’êtes pas obligé d’emmener votre petit protégé avec vous. Si vous avez des amis de confiance qui s’entendent avec les animaux vous pouvez le lui confier pour un moment. Vous pouvez également le laisser en pension mais cela entraîne des dépenses supplémentaires et les personnes qui vont garder votre animal ne le connaissent pas. Dans tous les cas n’oubliez pas qu’un animal pourra être perturbé par un tel changement ajouté à votre absence.

 

 

 

Sources : seconde chance, Francesoir, spa.

Photos : pixabay